Partagez | 
 

 Yzeures sur Creuse (Indre et Loire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M37
Admin


Messages : 3518
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 43
Localisation : Metz, France

MessageSujet: Yzeures sur Creuse (Indre et Loire)   Lun 29 Nov - 20:09



Région : Centre
Département : Indre et Loire
Arrondissement : Loches
Canton : Preuilly sur Claise

Code Commune : 37 282
Code Postal : 37 290

Nombre d'habitants : 1505
Altitude Minimal : 53 mètres
Altitude Maximal : 139 mètres
Superficie : 55,42 Km²

Gentilé :

Yzeurois, Yzeuroises




Etymologie:

Hicciodero au Ve siècle, Iciodorum vicus et Pagus Iciodorensis au VIe siècle, puis Ysorium au XIIIe siècle. Elle devient Yzeures-sur-Creuse en 1926.
Certains pensent que Yzeures, Iciodorum, dériverait du gaulois. De Itius- probablement le nom d'une personne et de -durum, du mot gaulois dunum, la forteresse. Ce qui laisserait supposer de la présence d'un site défensif gaulois que l'archéologie n'est pas encore venu confirmer.
D'autres pensent qu'elle devrait son nom à la déesse égyptienne Isis (Minerve pour les romains et Athéna pour les grecs).

Géographie:

Yzeures-sur-Creuse est une commune française, située à l’extrême sud du département d'Indre-et-Loire (37), dans la région Centre.
C'est l'un des plus anciens villages de Touraine, son occupation remonte au Paléolithique supérieur soit plus de 10 000 ans avant J-C. Niché dans la vallée de la Creuse à son confluent avec la Gartempe, sa situation de village frontalier entre les trois anciennes provinces de Touraine, du Poitou et du Berry, lui accordera un rôle important durant l'Antiquité et l'époque mérovingienne.
De nos jours, c'est une commune dynamique regroupant 1 500 yzeurois et yzeuroises1, située dans un contexte rural profond. Le village profite de l'activité de thermalisme de la commune voisine de La Roche-Posay, près de 150 résidences secondaires sont présentes sur le territoire. Yzeures offre également tout un éventail d'activités touristiques, ce qui lui a permis d'obtenir le label de Station verte de vacances2. La naissance de la cantatrice Mado Robin, la richesse de son passé et de son patrimoine représenté par les vestiges gallo-romains du musée Minerve, ses paysages vallonnés sont des atouts que le village a su mettre en valeur.
Yzeures sur Creuse est une commune d'Indre-et-Loire, elle appartient au canton de Preuilly-sur-Claise et fait partie de la Communauté de communes de la Touraine du Sud. Elle est située à l'extrémité Sud du département, la plaçant ainsi à proximité des départements de l'Indre (36) et la Vienne (86). En remontant un peu le temps, elle était déjà située au carrefour des trois anciennes provinces de Touraine, du Poitou et du Berry.
La commune est située dans la vallée de la Creuse et le confluent de celle-ci avec la Gartempe est situé sur son territoire. Elle présente la particularité d'être la seule commune de Touraine à s'étendre à la fois sur la rive droite et la rive gauche de la Creuse. C'est également la seule commune du département à être arrosée par la Gartempe.
Elle s'étend sur 55 km2 (8 ° commune du département pour la superficie, 819 ° au niveau national), soit 5 542 hectares. Elle compte d'importantes zones forestières (un tiers du territoire soit 1 850 hectares de bois). Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Yzeures-sur-Creuse est une commune « périphérie d'un pôle rural ».

Histoire:

Yzeures 1793
Yseures 1801
Yzeures-sur-Creuse 1926

Le territoire d'Yzeures a été colonisé par l'homme dès le Paléolithique supérieur soit plus de 10 000 ans avant J-C. En effet, on y a découvert de nombreux silex taillés et divers matériels moustériens et néolithiques, sur différents sites dont ceux de La Pluche et du Bois d'Après. L'étude de 1957 de la station protomagdalénienne du Bois d'Apres révèle 149 grattoirs, 15 grattoirs-burins, 179 burins, 9 lamelles de burins, 223 lames et lamelles, 6 perçoirs, 3 raclettes... soit au total 774 pièces31. La même année, une étude de la station proto-magdalénienne de La Plûche révèle la présence d'un campement de plein air. Les archéologues y ont récolté 279 burins, 22 lamelles coups de burins, 140 lames, 1 pointe, 4 perçoirs, 4 grattoirs... soit au total 523 pièces32.
En 1952, l'archéologue P. Joannès découvre des fonds de cabanes et des foyers néolithiques à la "sablière du pont de chemin de fer". Des outils lithiques et des poteries y sont également exhumées. Cette sablière révèle également deux autres niveaux datant du paléolithique inférieur et supérieur33. En 1954, près du hameau de Bussay (entre ce hameau et la creuse), a été découverte une hache-marteau d'une longueur de 120 mm et d'une largeur de 55 mm34. Cette pièce a malheureusement disparu depuis 1954.
Non loin du confluent de la Creuse et de la Gartempe se dresse un dolmen au lieu-dit La Pierre Levée, dont les dimensions approximatives sont de 23 mètres de circonférence, sur 60 à 70 centimètres d'épaisseur. Ce dolmen est entouré d'une ceinture de pierres ou cromlech sur une étendue de 35 mètres.
Yzeures possède de nombreux vestiges de l'époque gallo-romaine. Le musée Minerve expose une partie de ces vestiges dont ceux d'un temple gallo-romain dédié à Minerve et d'une colonne votive à Jupiter.

L'église médiévale du XIIe siècle détruite en 1895
En effet, en 1895, l'ancienne église médiévale du XIIe siècle, devenue trop vétuste, est démolie pour laisser la place à un nouvel édifice. En creusant les fondations de la nouvelle église, sont mis au jour environ 80 blocs sculptés de grandes dimensions. Ils étaient disposés de façon à servir de fondations à un monument antérieur à l'église médiévale. Les fondations représentaient tout ce qui subsistait de l'église mérovingienne fondée par saint Eustoche au milieu du Ve siècle.
Des fouilles sont alors entreprises et mettent au jour quatre types de blocs formant trois monuments.
Tout d'abord, un pilier votif à Jupiter qui, s'il était reconstitué mesurerait plus de neuf mètres de haut. Ensuite, un grand édifice polygonal, probablement un temple. Enfin, un autel et une dédicace à Minerve d'une construction à caractère sacré, probablement le temple. Ces monuments auraient été construits à la fin du IIe siècle ou début du IIIe siècle après Jésus-Christ35.
En 1964, les vestiges d'une villa gallo-romaine et de ses thermes sont découverts au lieu-dit La Guérinière. Cette Villa se composait d'une piscine et d'une salle rectangulaire terminée au Sud par deux hémicycles. La statuette d'un dieu (Mercure ou Cernunnos) assis sur un bouc couché, un serpent autour de la jambe droite est découverte lors de fouilles36.
La présence de ces nombreux vestiges s'explique par l'existence d'une Voie romaine qui traversait le territoire d'Yzeures et dont on a découvert des traces. Elle venait d'Argenton-sur-Creuse et se rendait à Poitiers via Port-de-Piles, en suivant la Creuse, passant par Yzeures37. Une seconde voie passait sur son territoire, elle venait d'Orléans et se rendait à La Roche-Posay38. Cette voie arrivait de Boussay, passait par le hameau de Payré avant de rejoindre la première voie probablement au hameau de La Croix-Rouge.
En dehors de la capitale Tours, il semble que Yzeures-sur-Creuse ait constitué l'un des grands centres cultuels de la civitas Turonorum, avec Amboise Clion-sur-Indre et Chanceaux-sur-Choisille39 . Au 6e siècle, Grégoire de Tours la mentionne comme vicus, « Iciodorum vicus », et non comme simple parochia. A cette époque, le terme pagus est également employé pour la désigner : « Pagus Iciodorensis » .
A l'époque Mérovingienne, entre 441 et 461, St Eustoche évêque de Tours, fonde à Yzeures, une église qui était dotée de vitraux. Grégoire de Tours en parle en ces termes : " les fenêtres sont fermées par des verres inclus dans des châssis de bois qui font entrer à l'intérieur du sanctuaire une lumière éclatante ". Il précise qu'elle était célèbre par les miracles qui s'y opéraient. Cette église mise sous le vocable de Saint Maurice, fut fondée à l'emplacement du Temple dédié à Minerve, se servant des éléments de l'édifice gallo-romain pour fondations40.
La tradition rapporte l'histoire d'un voleur qui aurait volé les vitraux de cette église. Il essaya alors, pendant trois jours, de les faire cuire mais il ne put rien en tirer et les vendit. Un an après son vol, sa tête s'enfla et ses yeux se gonflèrent, et ce phénomène se reproduisit chaque année, le jour anniversaire de son vol.
Vers 460, saint Savin et son frère, saint Cyprien, pour fuir les païens Maximus et Lacidius qui les persécutaient car ils étaient chrétiens, fuient la Macédoine. Ils se réfugient en Gaule à Auxerre et évangélisent les peuples païens. Après avoir passer la Loire, ils arrivent à Yzeures au hameau de Confluent. Maximus averti de leur position envoya alors à Confluent, 200 soldats mais il échoua, et ne réussi pas à les capturer. La légende raconte qu'une barque apparue miraculeusement pour leur faire franchir la Gartempe et disparue aussitôt, ce qui leur permit de fuir41.
En 581, le duc de Bérufle envahi Yzeures. C'était l'un des généraux de Chilpéric, roi de Soissons, qui l'envoya pour arrêter les incursions des habitants du Berry sur la Touraine. À cette époque, la Touraine faisait partie du Royaume de Neustrie alors que le Berry était du Royaume d'Aquitaine. Sur un territoire allant d'Yzeures à Barrou, Bérufle força le duc Reginalde, envoyer par Gontran, roi d'Orléans, pour envahir Tours, à se replier sur Poitiers. Durant cet épisode, Yzeures et Barrou furent pillés42.
Preuve de son importance, Yzeures possédait aux VIe et VIIe siècles, des ateliers monétaires. En effet, c'était l'un des dix-huit lieux d'émission de la monnaie mérovingienne, le tiers de sou d'or, sur le territoire de Touraine43. A partir des années 670, cette monnaie est remplacée par le denier d'argent.
Une nécropole Mérovingienne a été découverte aux alentours de l'église et sur la place. On y a découvert des tombeaux orientés. Près de ces tombeaux ont été retrouvés une lime, un éperon de chevalier et des lacrymatoires qui renfermait encore une bulle d'eau. (Un lacrymatoire est un petit vase de terre cuite ou de verre, déposé dans la plupart des tombeaux, et qui, selon toute apparence, contenait les huiles odorantes)44.
Il semblerait également que le village ait possédé une léproserie ou maladrerie entre le VIe et le XVe siècle. On en comptait alors 56 sur le territoire turons et se situaient dans les villes et villages d'importance45.
En 1415, le seigneur d'Yzeures meurt à la bataille d'Azincourt à laquelle il participait en tant que grand-maître des arbalétriers de France.
Le 1er mars 1789, le cahier de doléances de la paroisse d'Yzeures est rédigé. L'état de grande pauvreté de la population y est longuement décrit, la cause principale invoquée étant la mauvaise qualité de la terre. Il y est également mentionné que la paroisse ne dispose ni de commerces, ni de foires ou de marchés. Le 28 mars de cette même année, le frère du seigneur d'Yzeures, Louis-Francois-Alexandre d'Harambure est élu député de la noblesse de Touraine aux Etats Généraux46.
En 1790, l'assemblée constituante créé une nouvelle subdivision administrative en remplacement des anciennes provinces : le département. À leur tête sont établis des conseils départementaux, lesquels sont abolis par la loi du 14 frimaire an II (4 décembre 1793). Il faut attendre l'instauration du Consulat pour que soient créés à leur place les conseils généraux, institués par la loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800).
Durant la Révolution, les tombeaux présents à l'intérieur de l'église sont détruits. Ces tombeaux appartenaient aux seigneurs de Thais qui étaient les fondateurs et les patrons de l'ancienne église Notre Dame. Les tombeaux des familles de Montbel et Périon sont également détruits47.
Louis-Francois-Alexandre d'Harambure devient président du conseil général d'Indre et Loire du 19 février au 3 juillet 1810 et du 17 août 1811 au 5 mai 181248.
Le 14 janvier 1814, un décret impérial supprime la commune de Saint-Michel-du-Bois, et la rattache à celle de Preuilly-sur-Claise. Certains hameaux de cette ancienne commune, sont cependant attribués à d'autres localités. C'est le cas du hameau Bel Air qui se voit rattaché à Yzeures
Un décret datant du 8 août 185350 autorise la construction d'un pont suspendu sur la Creuse à l'emplacement du pont actuel. La date effective de construction n'est pas connue mais l'on sait qu'il a été mis en service en 1855. Ce pont sera détruit en 1940 suite à un bombardement. Pour permettre le passage d'une rive à l'autre de la Creuse, l'armée construisit une passerelle provisoire avec des bateaux amarrés les uns aux autres, qui était surnommée le Pont aux bateaux51.
Le 1er février 1891 est inaugurée la ligne de chemin de fer reliant Châtellerault à Tournon-Saint-Martin, qui est exploitée par la compagnie Paris-Orléans. Cette ligne dessert alors la gare fraîchement construite d'Yzeures sur Creuse qui servait de gare de voyageur et de gare de marchandise. Cette ligne traversait la Creuse entre Yzeures et La Roche-Posay grâce à un viaduc comptant cinq arches. Le trafic voyageur ferma en 1939 et le trafic marchandise en 1972. La voie fut ensuite déferrée, les terrains et la gare furent vendus.
La commune, par une délibération du 8 novembre 1925, demande qu'à son nom soit ajouté la dénomination « sur Creuse » afin d'éviter les erreurs avec les autres communes de ce nom situées dans l'Allier et en Côte d'Or. Cette demande est alors étudiée en 1926 par le conseil général d'Indre-et-Loire puis par le Conseil d'Etat. La nouvelle dénomination est alors effective cette même année, par le décret du 9 septembre 192652 . À noter que l'archiviste du conseil général avait également proposé l’appellation « Yzeures sur Gartempe »53.
Le 23 juin 1947, un décret modifie les limites d'Yzeures avec Tournon-Saint-Pierre. Deux hameaux jusqu'alors traversés par la frontière des deux communes, se retrouvent attribués entièrement à l'une de ces communes. Gaudru, pour sa partie bâtie dont le château, est attribué à Tournon et La Jousière est attribuée à Yzeures54.

Héraldique:

La commune d'Yzeures-sur-Creuse ne dispose pas de blason.

Lieux et monuments:

Yzeures dispose d'un seul lieu de culte (culte catholique) : l'église Notre-Dame. Elle fait partie de la paroisse du Pays de Preuilly86 qui relève du doyenné de Loches87 et du diocèse de Tours.
Musée Minerve

Ce musée présente de nombreux vestiges gallo-romains dont ceux d'un pilier votif à Jupiter et d'un temple dédié à Minerve94. Ces vestiges sont classés monuments historiques au titre d'objet depuis le 29 septembre 189695. Il fut inauguré le 14 mai 197296 et réhabilité en 2000. Il arbore le label Musée de France97. Il accueil régulièrement des expositions temporaires.

Musée Mado Robin

Ce musée expose les souvenirs de la cantatrice née dans le village. On peut y voir des photos, des affiches et des documents audiovisuels, mais aussi ses costumes de scènes présentés dans des décors reconstitués de ses plus grands rôles98. Il a été inauguré le 21 décembre 2008, auparavant une partie de ces souvenirs étaient exposés au second étage du centre social où la loge de Mado Robin était reconstituée.

Bibliothèque Municipale

La commune d'Yzeures sur Creuse dispose d'une bibliothèque municipale, qui fait partie du réseau de la Direction Départementales de Bibliothèques et de la Lecture d'Indre-et-Loire. Elle a pris possession de ses nouveaux locaux le 6 septembre 2008, sur plus de 200m²99.
Ses horaires d'ouverture sont : Mardi: 16h - 18h ; Mercredi: 15h - 18h ; Jeudi : 9h - 12h ; Samedi: 10h - 12h.

Bifaces acheuléens
De nombreux silex taillés et divers matériels moustériens et néolithiques, ont été découverts sur différents sites dont ceux de La Pluche, du Bois d'Après, près de Bussay et dans une ballastière près de la Revaudière.
Dolmen de la Pierre Levée
Ce dolmen se situe près du confluent de la Creuse et de la Gartempe au lieu-dit La Pierre Levée. Ses dimensions approximatives sont de 23 mètres de circonférence, sur 60 à 70 centimètres d'épaisseur. Il est entouré d'une ceinture de pierres ou cromlech sur une étendue de 35 mètres103.
Vestiges Gallo-romains
Substructions d'un balnéaire gallo-romain : Une villa fut découverte au lieu dit la Guérinière en novembre 1964.
Statuette du dieu au bouc et au serpent cornu : Le 8 décembre 1964, sur le site du balnéaire gallo-romain, a été découvert une statuette d'un dieu assis sur un bouc qui est classée monument historique au titre d'objet depuis le 8 septembre 1965104. Elle mesure 32 centimètres de haut et représente un personnage masculin vêtu d'une tunique courte, les jambes croisées et assis sur un bouc lui même accroupi et tourné à droite. Un serpent à tête de bélier est enroulée sur une jambe du dieu. La tête et les deux avants bras du personnage sont manquant105. Cette statuette a été déposée au musée archéologique de Tours.
Le pilier votif à Jupiter et le temple dédié à Minerve : Les vestiges du pilier votif à Jupiter et du temple dédié à Minerve présentés dans le musée Minerve sont classés monument historique au titre d'objets depuis le 29 septembre 1896106.
La Nécropole mérovingienne
Cette nécropole fut découverte autour de l'église.
Le territoire communal compte de nombreux châteaux, manoirs, villas, maisons bourgeoises et autre patrimoine bâti. Certains ont disparu comme la forteresse de Rigollet, la tuilerie de Poizay ou le château de Thais.
Manoir de Granges XVIe siècle
Ce manoir fait l'objet d'une inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques107 depuis le 8 août 1962.Il est situé au lieu-dit Le Petit Granges. Le manoir de Granges a été construit à la fin du XVIe siècle ou au milieu du XVe siècle, à la place d'une ancienne forteresse. Il est composé d'un corps de logis principal sur deux étage et flanqué à ses angles Sud et au milieu de sa façade Nord de tours carrées plus hautes d'un étage. Aux abords du manoir, on note la présence de deux tours cylindriques en ruines qui sont des vestiges du château primitif. L'une d'elles a été reconvertie en pigeonnier.
Manoir de Thou XVIe siècle
Ce manoir fait l'objet d'une inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques108 depuis le 7 octobre 2003.Il fut reconstruit partiellement à partir de 1580 à cause de son mauvais état puis transformé en exploitation agricole. De nos jours, en plus du logis principal, on aperçoit encore sa chapelle et son colombier surmonté par un lanternon datant du XVe siècle. Il conserve également des tours polygonales et une tour carrée à meurtrières. En 1175, il est appelé Locus de Tout dans une charte de l’abbaye de la Merci Dieu. Au XVe siècle, il appartenait à la famille du Plessis dont le Cardinal de Richelieu est issu.
Tuilerie XIXe siècle
Elle fait l'objet d'une inscription à l'inventaire général des monuments historiques depuis 1996109. Elle fut construite en 1883 au lieu-dit Les Carrières devenu aujourd'hui Avenue de la Gare. Elle a été en activité jusqu'en 1910. Elle s'étendait sur 1648 m² dont 500 m² bâtis, et comprenait une halle de 23 x 10 m, la maison du tuilier de 26 x 6 m, et un four qui fut détruit dans les années 1970. Auparavant, cette activité s'accomplissait dans la tuilerie du hameau de Poizay.
Château d'Harambure XVIIIe et XIXe siècles
Il était appelé Château de Granges, mais par ordonnance royale de 1814, ce nom fut remplacé par celui d’Harambure. Le Château a été construit au XVIIe siècle. Il est situé dans la partie nord-ouest du parc, se compose d'un bâtiment rectangulaire flanqué de pavillons. Sur son parc, on trouve également une ancienne métairie et à son entrée nord, une conciergerie.

Ancienne Carte Postale du Château de Pairé, façade Sud.
Château de Pairé ou Péré XVe siècle
Le château se situe non loin de ceux d' Harambure et de Granges, il se dresse au milieu d'un grand parc traversé par un ruisseau. La partie la plus ancienne est un donjon massif accolé au corps de logis rectangulaire à deux étages plus moderne, dans sa partie nord-ouest. La façade sud du corps de logis est flanquée de deux tours cylindriques avec toitures coniques. En 1281, il appartenait à une dame nommée Alis qui épousa en secondes noces le baron de Preuilly.
Château de Marigny XVIIe siècle
Ce château, construit en tuffeau, s'élève sur deux étages sur le bord de la rive gauche de la Creuse, la dominant de plus de seize mètres. Il possède une aile à l'ouest plus récente, couverte d'une toiture à la Mansart remplaçant un bâtiment qui était devenu trop vétuste. Une tour d'angles cylindrique au sud-ouest, renfermant le pigeonnier, est tout ce qu'il reste de l'ancienne forteresse. En 1364, il appartenait au seigneur de Thai (hameau d'Yzeures). Plusieurs tours de l'ancienne forteresse, existaient encore à l'état de ruine en 1740. La Chapelle a disparu après la Révolution.
Manoir de Gaudru XVe et XVIe siècles
Il était la propriété de la famille Le Souffleur de 1400 à 1786, et appartenait en 1789 à Stéphanopoli de Comnène, descendant des empereurs de Constantinople et de Trébizonde.
Château de La Motte XIXe siècle
C'est un ancien prieuré situé sur la butte de confluence. On en retrouve des traces en 1651, où l'on apprend que son propriétaire est un certain René du Croisic. Il servait de demeure au prieur d'Yzeures. En 1777, une chapelle fut édifiée mais elle fut plus tard profondément modifiée pour servir d'écurie.

La Villa Raoul.
La Villa Raoul XIXe siècle
Cette villa fut construite au milieu du XIXe siècle par la dame d'honneur de l'Impératrice Eugénie, Madame de La Poëze d'Harambure. Elle se dresse sur deux étages au milieu d'un grand parc d'environ un hectare et demi.
La Villa Gabriel XIXe siècle
Elle a été bâtie à la même époque que la villa Raoul qui lui fait face de l'autre côté de la rue de l'abbé Huberdeau. Elle se dresse également sur deux étages au milieu d'un grand parc de plus d'un hectare. Elle possède des écuries où l'on peut apercevoir au milieu de leurs façades une grande tête de cheval. Elle appartenait à la famille d'Harambure.

Église Notre-Dame

De style néo-romano-byzantin, elle fut construite à la fin du XIXe siècle, à partir de 1895 en remplacement d'une église datant du XIIe siècle, elle-même construite à l'emplacement d'une église mérovingienne bâtie entre 441 et 461. L'église mérovingienne avait été bâtie sur les ruines d'un temple gallo-romain, d'où d'importants vestiges.
La consécration de l'église et la bénédiction des cloches eurent lieu le 5 août 1903. Le mur nord de la nef est un vestige de l'ancien édifice du XIIe siècle. On note la présence, à l'intérieur de l'église, d'un bas-relief représentant la Cène datant du XVe siècle.

La croix de Saint Martin
Prieuré d'Hauterives
De l'ordre de Grandmont en Limousin, on y voit encore les restes de l'église datant du XVe siècle. Les bâtiments claustraux datent du XIIIe siècle et appartiennent au style roman de transition. On en trouve trace en 1208 sur les chartes d’Eschivard de Preuilly où il est dénommé Altae Ripae. Il avait été fondé au XIIe siècle, l’église fut reconstruite vers 1450 à la place d'un édifice du XIe siècle.
La Grotte
Cette grotte inspirée de la grotte de Lourdes, se situe à l'arrière de l'église dans la cour de l'ancien presbytère. Elle fut construite à la fin du XIXe siècle et sa bénédiction eu lieu le 1er mai 1887.
Calvaires
Plusieurs de ces croix monumentales sont disséminées sur le territoire communal. On en aperçoit près de Baratière, de Chavis ou encore la dernière en date, érigée dans les années 1990, la croix de Saint Martin près de Confluent.

Personnalités liées à la commune :

· Mado Robin, cantatrice française, née à Yzeures-sur-Creuse, en Indre-et-Loire, le 29 décembre 1918. Elle est inhumée dans le cimetière du village.
· Agnès Sorel, favorite du roi Charles VII de France. Selon la légende, elle serait née à Yzeures-sur-Creuse en Indre-et-Loire, au hameau de Fromenteau, dans les années 1420.

Le buste de Mado Robin
· Paul Burty-Haviland, photographe (Paris 1880 - Yzeures sur Creuse 1950). Il obtint la Médaille des Juste parmi les nations à titre posthume 110 pour avoir caché son ami juif, Georges Picard lors de la Seconde Guerre mondiale, dans sa propriété du Château de la Motte. Il était marié à Suzanne Lalique. Il est inhumé dans le cimetière d'Yzeures
· Suzanne Lalique, illustratrice, artiste peintre et créatrice de costumes et décors de la Comédie Française (1892- Yzeures-sur-Creuse 1989). Elle est la fille du verrier René Lalique et la femme de Paul Haviland. Elle repose dans le cimetière d'Yzeures.
· Georges Picard, artiste peintre, décorateur, illustrateur et membre de la Commission des Beaux-arts (Remiremont 1857 - Yzeures sur Creuse 1943). Il a été enterré dans le cimetière du village.
· Camille de la Croix dit le père de La Croix (né en 1831 et mort en 1911) est un historien et archéologue français. Il entreprit les fouilles en 1896, sur le temple de Minerve d'Yzeures.
· Philippe Maurice, Historien médiéviste français. Il fut l'un des derniers condamnés à mort en France. Le 18 octobre 1989, il soutient sa maîtrise d’histoire du Moyen Âge à Yzeures-sur-Creuse

Activités associatives sportives :

Football : Union Sportive Yzeures sur Creuse-Preuilly sur Claise (4ème Division District en 2010-2011)

Divers :

Rivière : La CreuseRivière : La Gartempe

Site Internet :

http://www.yzeuressurcreuse.com/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saulnyradio.getforum.net
 
Yzeures sur Creuse (Indre et Loire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bar Le Country à Villard de Lans (38) : Recherche ....
» Recherche chanteur d'opera
» Batterie-Fanfare près de Chinon (37)
» les pays de loire en ligne...
» SITE INTERNET : La BF l'Echo de la Loire de DRAIN (49) "ONLINE"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saulny Radio :: Informations Communales :: Communes de France-
Sauter vers: