Partagez | 
 

 Vivières (Aisne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M37
Admin


Messages : 3518
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 44
Localisation : Metz, France

MessageSujet: Vivières (Aisne)   Dim 15 Juil - 20:01









Région : Picardie
Département : Aisnes
Arrondissement : Soissons
Canton : Villers-Cotterêts

Code Commune : 02 822
Code Postal : 02 600

Nombre d'habitants : 393
Altitude Minimal : 55 mètres
Altitude Maximal : 400 mètres
Superficie : 34,15 Km²

Gentilé :



Ethymologie:

Japonais : ヴィヴィエール Russe : Вивьер

Géographie:

Rue de Vivières

Rue de Coeuvres Rue de l'Epine Rue de l'Escadron de Gironde Rue de l'Étang
Rue de la Vallée Rue des Leups Rue du Château Rue du Lavoir
Rue du Moulin Rue du Point du Jour Rue Saint Hubert Rue Sainte Clotilde

Autres types de voie de Vivières


Ferme de l'Epine La Carosse Sente Bertin

Route de Vivières


Route de Puiseux Route de Soucy Route du Faite

Lieu-dit de Vivières


Lieu Dit l'Essart

Hameau de Vivières


Hameau de l'Epine



Héraldique:


Histoire:

1801 Viviers

Des fouilles faites, il y a quelques années, pour tirer les pierres nécessaires à l’entretien des routes, ont mis par hasard à jour au sommet de la route du Faîte et sur les deux versants, des tuiles à rebord et des tuiles creuses (imbrices et tegula), des monnaies romaines en bronze en grande quantité (28 kg) des empereurs Maximus, Tétricus, Posthumus et autres ; des ustensiles, des vases, des débris de poteries de toutes sortes et les fondations d’un certain nombre d’habitations. Deux meules de moulins à bras, mola manuaria ou trusatilis, ont été recueillies depuis. […]
Ce sont là des témoins irrécusables prouvant le séjour des Romains. Ces fondations s’étendent sur une longueur de 500 mètres. On voit des tuiles près de la butte appelée Tour Réaumont et tout le long de la route du Faîte jusqu’auprès de la Croix-Morel. Cette agglomération d’habitants a conservé le nom de Houssoye et c’est sans doute ce nom qu’on lui a donné à l’origine. […] Plusieurs habitants du Houssoye ayant trouvé, dans le voisinage, un étang dans lequel abondait le poisson (ce qu’on appelle communément un vivier), ils construisirent auprès leurs maisons. Ce furent d’abord quelques chaumières éparses que l’on désigna sous le nom de Vivarium, le Vivier. Le Vivier était une dépendance de la colonie du Houssoye. Plus tard, lors de l’invasion franque, les habitants de la colonie ne se trouvant plus en sûreté sur la hauteur et redoutant les approches des vainqueurs – ou peut-être repoussés par eux – allèrent grossir le hameau du Vivier.
Le seigneur du lieu, satisfait de ce surcroît de population et voulant en augmenter encore le nombre, fit construire un château-fort pour protéger ses serfs et ses vassaux. On ne sait pas en quel endroit s’élevait ce château, ni quelle en était l’importance. On sait seulement qu’il existait bien avant le IXe siècle. À cette époque, on ne parlait que des Normands ; ils commençaient leurs incursions dévastatrices et leurs noms seuls terrifiaient les paysans. La terre du Vivier dépendait du domaine de La Ferté-sur-Ourcq (La Ferté-Milon). En 845, Hémogalde, seigneur de ce pays, en fit réparer et augmenter les fortifications pour se mettre à l’abri des barbares. […] Pendant longtemps, les gouverneurs de la Ferté furent aussi seigneurs châtelains (Dominus) de Vivières. Seuls les noms de deux de ces seigneurs sont parvenus jusqu’à nous. L’un se nommait Hugues le Blanc ; il prenait le titre de châtelain de La Ferté-Milon et Vivières et mourut après 1121. L’autre était Hugues Soibers de Laon, qui vivait en 1250. Ils étaient chargés de la défense du fort, y résidaient et en avaient le commandement.
Vivières devint une bourgade importante, tant à cause du fort et des établissements religieux qui s’y fondèrent dans la suite, que des reliques de Sainte Clotilde qui attiraient toujours un grand nombre de pèlerins. Un prévôt particulier y résidait et il étendit sa juridiction sur les petites localités d’alentour : Villers-Saint-Georges (Villers-Cotterêts), Pisseleux, le fief de Noue, Dampleux, etc. […] En 1126, Hugues le Blanc établit les religieux prémontrés à Vivières.
(Extraits de l’Histoire de Villers-Cotterêts. La ville, le château, la forêt et les environs, d’Alexandre Michaux, 1867)


Lieu et Monuments Historiques:

Ferme de l'Épine (XIIIe siècle, propriété privée).
Ferme relevant de l'abbaye prémontrée de Valsery, mentionnée pour la première fois en 1229. Des bâtiments sont construits au XIIIe siècle ou au XIVe siècle (des caves voûtées subsistent sous l'actuel logis). Elle est détruite par les Huguenots vers 1592, puis réédifiée entre 1680 et 1683 (datation par archives). Plusieurs bâtiments agricoles sont reconstruits ou modifiés au XIXe siècle après 1835 ou au XXe siècle : modification de l'aile nord qui porte la date de 1889, de l'aile est et l'aile sud. Construction du hangar sud, accroissement du logis et extension de la ferme vers l'est (source : base Mérimée)

Château de Mazancourt (XVIe siècle, propriété privée).
Èdifice du XVIe siècle complètement refait au XVIIe siècle, à l'exception d'une tourelle conservée. Colombier édifié en 1721. Remises et granges dateraient de 1794. L'aile nord des bâtiments agricoles et une demeure à l'est du château auraient été détruites après 1835. Au début du XXe siècle, les propriétaires, dont Henri Bataille, apportent des modifications ; édification dans le parc d'une étable en forme de hutte, destinée à des lamas, et une fabrique de jardin consistant en 28 colonnes toscanes en brique masquée par un enduits. De 1930 à 1960, le château est utilisé comme ferme. A appartenu à la famille de Mazancourt jusqu'à la Révolution où il a été vendu comme bien national.(source : base Mérimée)

Église Paroissiale Sainte-Clotilde, de L'Assomption (XVIe siècle).
Èglise construite au XIIe siècle ; il en subsiste la base du clocher qui sert de sacristie ; elle est transformée au XVIe siècle ; dans la 1re moitié du XIXe siècle, son intérieur est totalement restauré et les fenêtres sont agrandies ; elle reçoit alors une nouvelle façade et un portique néo-classique ; elle porte depuis peu le vocable de l'Assomption (source : base Mérimée. Depuis 1947 a lieu chaque année, l'avant dernier dimanche de juin, un pèlerinage national des dévots de sainte Clotilde venus de toute la France. Il est venu s’ajouter à la fête locale de sainte Clotilde (3 juin) célébrée depuis des siècles dans la paroisse de Vivières. Le pèlerinage national de Vivières est organisé et animé spirituellement par la confrérie sainte Clotilde.

Oratoire Sainte-Clotilde, situé en forêt.

Personnalités liées à la commune:

Gabriel-Auguste de Mazancourt

Association Sportive et Culturelle :


Jumelage :


Divers :

Ruisseau De La Plaine
École primaire publique



Site Internet :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saulnyradio.getforum.net
 
Vivières (Aisne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche chanteuse aisne
» Le baroque français avant Lully (premier XVIIème siècle)
» Bia : Bille de verre ( estrela do mar )
» Orgue Merklin église Saint Pierre et Saint Paul, Guise
» Petite EXPOSITION MIS EN VIDEO , EN SEPTEMBRE 2000 prés d'HIRSON dans l'AISNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saulny Radio :: Informations Communales :: Communes de France-
Sauter vers: