Partagez | 
 

 Xertigny (Vosges)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
M37
Admin


Messages : 3518
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 43
Localisation : Metz, France

MessageSujet: Xertigny (Vosges)   Mar 8 Mar - 20:19





Région : Lorraine
Département : Vosges
Arrondissement : Epinal
Canton : Chef-Lieu

Code Commune : 88 530
Code Postal : 88 220

Nombre d'habitants : 2 880
Altitude Minimal : 297 mètres
Altitude Maximal : 617 mètres
Superficie : 50,25 Km²

Gentilé :

Xertinois, Xertinoises




Ethymologie:


Géographie:

Xertigny se situe sur le plateau de la Vôge à 17 km au sud d'Épinal, à 19 km à l'ouest de Remiremont et à 12 km au nord-est de Bains-les-Bains.
Les voies de communication convergent vers le Centre, mais l'habitat reste assez dispersé dans les divers hameaux : Moyenpal, Granges, Amerey, La Gare, Le Charmois, La Regingotte, Le Bozet, Le Roulier, Les Granges Richard. Le territoire non bâti se partage entre prairies et forêts, ces dernières couvrant plus de 1800 ha.
Les neuf communes limitrophes sont Charmois-l'Orgueilleux, Uzemain, Uriménil, Dounoux et Hadol au nord, Bellefontaine à l'est, Plombières-les-Bains et Le Clerjus au sud, et La Chapelle-aux-Bois à l'ouest.
Écarts et lieudits
Moyenpal, Granges, Amerey, La Gare, Le Charmois, La Regingotte, Le Bozet, Les Granges Richard, Rasey, le Roulier


Héraldique:


D'or à la bande de gueules chargée de trois anilles d'argent.
Commentaires : Ce blason a été retenu en novembre 1957, avec l'aval de MM. Blaudez et Mathieu, héraldistes spinaliens. Il reprend le blason lorrain dont les alérions sont remplacés par des anilles qui représentent l'initiale X du nom de la commune.



Histoire:

Xertigny fut primitivement un campement romain, Certinium, sur la voie reliant Bains-les-Bains à Baccarat. En 730, une religieuse, sainte Walburge, aurait fait jaillir une fontaine ; elle est devenue la patronne de la paroisse.
En 1335, la communauté se dote d'un maire.
La guerre de Trente Ans (1618-1648) fait rage à Xertigny. À Amerey, le nom du lieu-dit les Bombédeyes trouve son origine dans le bombardement d'une maison chemin de la Louvière, tandis que la tradition orale d'Amerey localise un cimetière de soldats suédois au lieu dit "Le Pré Malgras".
En 1642, la peste est également la cause d'une mortalité importante. Un grand cimetière est établi en rase campagne, sur le chemin de l'étang des Mottes.
Après la guerre de Trente Ans, Xertigny et Amerey font partie, jusqu'à la Révolution du comté de Fontenoy[4].
Le 26 février 1790, Xertigny est choisi comme l'un des 60 chefs-lieux de canton des Vosges.
Le 5 mars 1850, Alexis Lallemand, propriétaire des forges d'Uzemain, installe une usine pour l'affinage de la fonte, de la ferraille et l'étirage du fer, dans un terrain qui lui appartient, sur le lit du ruisseau d'Amercy, au lieu-dit « Les Battants de Rosey ».
1865 : le jeune haut-marnais Victor Champion, venu se fixer au chef-lieu de la Vôge après des études brassicoles à l’école bavaroise de Weihenstephan fonde la brasserie «La Lorraine» à l'effigie de Jeanne d'Arc. Sa succession revient à son gendre Henri Trivier et la société regroupe à travers la France, cinq brasseries et de nombreuses tavernes et dépôts. Rachetée par la toute puissante brasserie meurthe-et-mosellane de Champigneulles, La Lorraine ferme définitivement ses portes, le 30 septembre 1966.
Mai 1982 : Un spectaculaire accident ferroviaire survient au viaduc de Granges. Suite à une collision avec un véhicule de travaux, un train tombe du viaduc

Lieux et monuments:

Église Sainte-Walburge : l'église fut incendiée durant l'offensive allemande en 1940. Elle fut reconstruite en 1951. Elle possède 8 vitraux de Gabriel Loire, représentant les saints vosgiens. Son clocher comporte sept cloches de différentes tailles qui ont chacune un parrain et une marraine. La plus grande d'entre elles est Walburge et la plus petite Thérèse. D'après la légende, sainte Walburge aurait laissé une pelote de laine se dérouler et aurait construit l'édifice à l'endroit où celle-ci aurait terminé sa route.
Le château des brasseurs : Construit par le brasseur Victor Champion sur les fondations de l’ancien presbytère de l’Orémus. C'est un château de style Renaissance construit suivant les plans de l’architecte des beaux-arts, François Clasquin. Cet édifice est maintenant la mairie de Xertigny


Personnalités liées à la commune :

Jean-Georges Didier (dit « Jaugeot »). Prêtre. (°7 juillet 1822, Xertigny, †9 février 1896, Xertigny). Il fut ordonné le 5 juin 1852. Son entrée au séminaire de Versailles, est tardive. Son ordination a lieu en région parisienne, car l’évêché de Versailles est très pauvre en vocations sacerdotales. Aussi, l’évêque de ce diocèse fait appel aux séminaristes vosgiens pour étoffer ses ministères. Prêtre éclectique, sa vie est fertile en événements et surtout semée d’embûches. Curé de Saint-Lambert (Versailles) durant vingt-huit ans, il revient dans les Vosges à la paroisse de Domèvre-sur-Avière en 1880, puis à Ainvelle en 1892. Xertigny lui doit la première idée de son hospice Saint-André, la construction d’une école et l’église Sainte-Marie des Aulnouzes situé au Molieu près de La Chapelle-aux-Bois, commencée et continuée parmi les plus grandes tribulations ; l’abbé Didier n’ayant pas de permis de construire et surtout l’autorisation de l’évêché vosgien.
André Sérot (°24 juillet 1896, Xertigny - † 17 septembre 1948, Jérusalem, Israël) : militaire. Le colonel Sérot avait une devise « Servir sans se servir ». Ceci caractérisait bien ce militaire mort pour la paix en Terre Sainte au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Son épouse née Berthe Grünfelder (1898-1971) est arrêtée le 23 juin 1943 par la Gestapo de Clermont-Ferrand puis déportée en Allemagne à Ravensbrück. Elle sera libérée par le comte Folke Bernadotte. Engagé volontaire en 1914, André Sérot passe à l’aviation et durant la « drôle de guerre » accomplit des missions suicides sur le sol allemand. Il connaît six langues, aura dix-huit noms d’emprunt, le crâne rasé et la nuque prussienne. Médiateur des Nations unies à la Libération, il est assassiné à Jérusalem aux côtés du Suédois Folke Bernadotte par le groupe STERN (ou Lehi groupe choc de la Hagana dont le chef était Menahem Begin). Le corps de ce grand chrétien repose au cimetière de Xertigny après avoir eu des obsèques nationales tant aux Invalides à Paris que dans sa ville natale.
Ayant participé à la vie de la commune
Victor Champion, brasseur. (°4 février 1839, Pressigny, Haute-Marne - †22 juin 1891, Xertigny) Fondateur en 1890 à Xertigny de la brasserie La Lorraine à l’effigie de Jeanne d’Arc. Cet établissement se lance dans la commercialisation de bières, d’eaux, de liqueurs et spiritueux, portant le nom de Pilsen Ale, Cristal Château, Hicherelle ou Mousquetaire. Destiné à reprendre une petite brasserie à Monthureux-sur-Saône appartenant à son oncle Nestor Virey, ce fils d’agriculteur étudie l’art brassicole en Allemagne en l’école de la brasserie Weihenstephan à Freisning près de Munich en Bavière. Cette école étant considérée à cette époque comme la plus importante au monde. Victor Champion s’y familiarise avec le procédé bavarois de fermentation basse, puis après divers stages, il vient pratiquer son métier à Xertigny à la brasserie de La Cense avant de racheter l’usine Thirion qui périclite au centre ville. À la fin du XIXe siècle, La Lorraine jouit d’une renommée internationale, primée aux différentes Expositions universelles. À son décès, sa succession revient à son gendre Henri Trivier, originaire de Dijon, qui épouse sa fille Berthe. Il est inhumé dans la chapelle familiale, au cimetière de Xertigny. Il était grand-père de quatre petits-enfants, Marguerite, Pierre, Alice et Jean .
Léon Didier, chimiste-photographe. (°24 juin 1866, Dompaire - † 25 septembre 1944, Xertigny) Pionnier de la photographie couleur, Léon Didier dit « Jolo », résidant à Xertigny sur la place des Tilleuls, a participé avec succès aux recherches de la photographie couleur. Dès 1895, ayant quitté l’instruction publique, il est en contact avec de nombreux laboratoires. Quatre ans après, il prend un premier brevet en vue de l’obtention de photographies en couleurs sur papier, d’après les trois clichés de la sélection trichrome. Ces méthodes furent surtout étudiées à la maison Geisler à Raon-l'Étape. En 1904, il fait breveter son procédé mais la France ne possédant pas alors d’industrie de la chimie des colorants, il doit aller poursuivre ses recherches en Allemagne dans les ateliers de la Farben où le réputé docteur Koenig reconnaît officiellement ses prépondérantes découvertes. Léon Didier sera ensuite à la tête d’un laboratoire à Paris et en Suisse à Zurich. Il est inhumé au cimetière de Xertigny. Toutefois, à l’instar de son homonyme, l’abbé Jean-Georges Didier, la municipalité du chef-lieu de la Vôge décide d’abandonner sa tombe au cours de l’année 2006, et d’oublier définitivement son illustre compatriote.
Henri Trivier, brasseur. (°19 avril 1862, Dijon, Côte-d’Or - †26 décembre 1937, Xertigny). Fils unique d’Émile Trivier et de Justine Carré, propriétaires d’une importante brasserie dijonnaise sous l’appellation Trivier-Carré, il poursuit de brillantes études qui le mènent au baccalauréat, puis dans le secteur de la chimie. Toutefois il veut entrer à l’École polytechnique mais il obéit à son père qui l’oriente vers la très réputée école de brasserie austro-hongroise de Mödlung. La suite de ses études brassicoles est dirigée en Bavière à la brasserie de Weihenstephan en Allemagne puis à celle de Carlsberg. Au décès de son père, il hérite des biens familiaux et se fixe momentanément en Bourgogne. Jeune diplômé, Henri Trivier trouve fortuitement le bonheur dans les Vosges à Xertigny où il s’installe et collabore avec Victor Champion. Deux ans plus tard, il prend pour épouse Berthe, la seconde fille du brasseur local (1887). Au décès de son beau-père (1891), il assure seul la direction de l’établissement qu’il maintient pendant les trente années qui suivent, au rang des premières brasseries de la région Est de la France. En 1921, la firme Trivier-Champion devient une société anonyme. La bière de Xertigny La Lorraine, jouit dans tout l’Hexagone et dans les colonies française, d’une réputation ancienne. Celle-ci est maintes fois consacrée par les plus hautes récompenses aux diverses expositions. Quand Henri Trivier disparaît, ces trois enfants Pierre, Alice et Jean, perpétuent la dynastie familiale. Il repose dans la chapelle familiale au cimetière communal


Activités associatives sportives et culturelles :

Football : Football Club Amery-Xertigny (Promotion Honneur Régionale en 2010-2011)

Basket Ball : AS Xertigny (Féminines =Excellence en 2010-2011)


ADMR
ALEMA
ALEX
Anciens d'Indochine
CAPS
Basket
La Bienfaisante
Chasse de Moyenpal
Chasse St Hubert
Les "Chettas" (Groupe folklorique)
CM2D compétition
Comité des fêtes
Comité de jumelage
Confrérie des pissenlits
Conjoints survivants
Donneurs de sang
Employés communaux (Amicale)
FCAX
Gestion des Fontaines de Xertigny
Groupement de chasse de la côte d'Amerey
JAX
Légion vosgienne
Mille et une idées
MJC
Les "Moinpaux"
Motocross
Musique "la Vôge"
Oiseaux Nature
Pétanque
Pissenlits (Association)
Rock k'Dance
Sapeurs pompiers (Amicale)
Seniors du Priolet
Société de pêche
Souvenir français, Xertigny
Supporters du foot (Club)
Tennis
UCAX
UCN AFN
UNSS
USEP
USFEN
Vôge VTT
Youpi Gym

Jumelage :

Lauf (Allemagne)

Divers :

Rivière : Le Coney
Rivière : La Sémouse


Juin 2009 : la presse se passionne pour la capture d'un crocodile signalé par plusieurs témoins dans un étang de la commune. Après une tentative de piégeage, la vidange de l'étang est réalisée également sans succès.
Ville fleurie : la commune est récompensée par trois fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris
Le viaduc ferroviaire
La cascade du Gué du Saut (sur le ruisseau du Rechentreux : affluent de la Semouse)
La faisanderie et les étangs du bois Baudoin.
Tous les deux ans, une fête des pissenlits offre un corso fleuri. Fête récemment stoppée.

Site Internet :

http://www.mairie-xertigny.fr/









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saulnyradio.getforum.net
 
Xertigny (Vosges)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La légende de la Bête des Vosges
» Le chemin des Croix des Vosges
» Le Brass Band des Hautes-Vosges recrute
» APPEL : Il y a de la neige dans les Vosges !
» bf ANOUL(88) vosges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saulny Radio :: Informations Communales :: Communes de France-
Sauter vers: